Ronde ou allongée, quelle betterave préférez-vous ?

A La Bonne Graine, nous proposons plusieurs variétés de betteraves rondes et nous avons voulu élargir notre gamme en testant cette année des variétés allongées. Histoire de ne pas perdre la boule 😉 , nous allons vous donner les résultats obtenus.

Un peu d’histoire

Le terme betterave vient de la « bette »plante méditerranéenne (existant toujours à l’état sauvage) cultivée initialement pour ses feuilles et dont la betterave est directement issue, et de « rave »,  qui désigne toute plante potagère cultivée pour sa racine. Connue depuis le début de notre ère, la betterave était utilisée par les Anciens à des fins médicinales (source de nombreuses vitamines et oligo-élément). Les premières recettes ont été publiées au IIème siècle. Vers le XIVème siècle, elle devient très prisée dans la gastronomie britannique avant de poursuivre sa progression au reste de l’Europe, principalement au milieu du XIXème siècle, avec la création de nouvelles variétés à racine rouge, blanche et jaune, de qualité gustative supérieure.

La popularité de la betterave sucrière, quant à elle, doit beaucoup à l’intervention de Napoléon Ier. De part la guerre avec l’Angleterre et du blocus exercé sur la France, le sucre de canne ne pouvait plus parvenir des Antilles. Pour contrer cette pénurie, l’empereur offrit des terres à tous ceux qui cultiveraient la betterave sucrière, ce qui eut pour effet immédiat l’augmentation de la production.
Désormais, elle est toujours cultivée en tant que légume (betterave potagère), en tant que plante fourragère (nourriture pour les ruminants) et pour la production de sucre.

La production aujourd’hui

De nos jours, ce sont juste quelques variétés qui dominent le marché. Mais, les anciennes, comme la Crapaudine (allongée, à la peau ridée et rugueuse) sont toujours produites dans le Loiret et en Bretagne. D’autres, comme la Golden (jaune), l’Albina Vereduna (blanche) et la ronde de Chioggia connaissent aussi un renouveau. La variété la plus souvent rencontrée reste toutefois la noire ronde Globe de Détroit dont la racine est ronde et lisse et la chair de couleur rouge sombre.

La betterave rouge est cultivée principalement dans l’Orléanais, le Nord-Pas-de-Calais et en Bretagne. La France est le deuxième producteur européen après l’Italie. Crue, on la trouve sur les étals de mai à octobre, tandis que, cuite, elle est disponible toute l’année dans le commerce. Mais c’est un légume que l’on consomme plus volontiers en hiver.

Pourquoi consommer de la betterave ?

De sa richesse en sucre bien connue, la betterave tire un apport calorique assez élevé pour un légume (40 kcal/100 g) mais cela reste toutefois assez modéré. Autre intérêt, ce légume-racine propose en moyenne 2,5 g/100 g de fibres, idéal pour les intestins délicats, surtout s’il est consommé cuit. Si vous la préférez crue, râpez-la le plus finement possible. Sachez aussi que ces fibres parviennent même à ralentir l’assimilation des glucides : autrement dit, elles procurent une énergie de longue durée.

La betterave possède un autre atout : celui d’être gorgée de minéraux et d’oligo-éléments. Elle est notamment très bien pourvue en potassium (336 mg/100 g). Ce nutriment agit en véritable régulateur de la pression artérielle et se révèle indispensable au bon fonctionnement du système nerveux. Elle renferme aussi une quantité intéressante de calcium et de magnésium, ainsi que de nombreux micro-nutriments, indispensables au bien-être de nos cellules.

Enfin, elle constitue une véritable aubaine contre la fatigue, la perte d’appétit et l’anémie grâce à sa teneur en vitamines B et notamment en acide folique (B9).

Test de dégustation betterave allongée

Quelles nouveautés peuvent être proposées ?

Nous avions déjà en vente les betteraves classiques, qu’ils s’agissent des variétés rouges ou d’autres couleurs alors on peut se demander quelles nouveautés pouvaient être ajouter… Et bien nous en avons trouvé 6 que nous avons donc mis en culture, au Jardin d’Essai. Le choix de ces 6 nouvelles variétés s’est fait à partir de leur forme, non pas ronde comme nous la connaissons communément mais plutôt par leur forme allongée, à l’image de la Monorubra, déjà présente à la gamme (et qui en plus la particularité d’être monogerme, ce qui limite considérablement l’éclaircissage).

La culture de la betterave est simple. Deux options : 1- vous effectuez un semis en pépinière (courant mars) avec un repiquage;  2- vous faites un semis direct (mi-mars) avec un  éclaircissage. Au Jardin d’Esssai nous vous conseillons un semis direct car cela favorisera une meilleure implantation et un bon développement de la racine, la racine poussant naturellement droite (ce qui peut ne pas être le cas si vous la repiquer).

Visuellement les variétés ne se distinguent pas entre-elles. Elles ont cette particularité de pousser vers le haut, ce qui fera ressortir la racine de terre.

betterave rouge allongée
Elle est rouge, longue et ressort de terre mais c’est bien une betterave potagère et non fourragère !

Vers la fin de l’été, nos betteraves sont fin prêtes  pour être dégustée. Après avoir récolté 2 à 3 pieds pour chaque variété, toute l’équipe de La Bonne Graine était convié pour le test.

Une fois les plants nettoyés, nous avons photographié puis évalué chacune des 7 variétés. Ci contre, le tableau de nos observations.

VariétésCouleur (peau et chair)FeuillageTailleSucreCommentaires dégustation « crue »
Opolskipeau brune violet, chair rouge violacéfeuillage court et aéréde 13 à 17 cm minimum+++fruit assez homogène, juteux, très bon en bouche, sucré en longueur
Rywalpeau rouge, chair rouge, granuleuse, cerclé de point rouge clair au centrefeuille fin et long, très aéré15 cm minimum++fruit croquant, goût terreux, peu juteux et peu sucré
Alexispeau lisse rouge, chair rouge bordeaux intensefeuillage large (proche de la carde), densede 13 à 14 cm minimum+fruit régulier, juteux, très peu de sucre, goût terreux prononcé, amertume en fin de bouche, chair sèche
Renovapeau rouge, chair rouge non cercléefeuillage dense, long et largede 16 à 22 cm minimum++fruit ferme, juteux, goût fin, chair douce, bonne et peu sucré
Monorubrapeau rouge, chair rouge clair brillantfeuillage fin, haut15 cm minimum++fruit assez juteux et sucré, bonne en bouche
Formanovapeau rouge, chair rouge foncé, quasi sans présence d’anneauxpeu de feuillage17 cm minimumfruit au bout arrondi, belle forme, régulier, gros diamètre sur toute la longueur, goût : un peu fade, plat, non sucré, chair sèche
Cylindrapeau rouge, chair rouge soutenufeuillage court et aéréde 14 à 18 cm minimum++++fruit au bout arrondi, belle forme, régulier, gros diamètre sur toute la longueur, fruit juteux, croquant, sucré, doux en bouche

Nos commentaires ainsi que nos notations sont très subjectifs et correspondent à la production obtenu au Jardin d’Essai. Nous avons remarqué que la dimension des betteraves se situaient dans la même fourchette entre 13 et 18 cm (sauf Rénova, de 16 à 22 cm). La couleur rouge est dominante, avec quelques nuances et la présence ou non de cerclage. La dégustation s’est faite sur des betteraves crues et le goût peut être bien différent après cuisson. Le goût terreux disparaît généralement. Nous avons aussi, apprécié la teneur en sucre. Sur ce critères, les variétés Opolski et Cylindra se hissent en haut du podium, alors que les variétés Formanova et Alexis n’ont que très peu de sucre. Nous ne sommes pas certains que beaucoup de sucre soit une qualité recherchée pour une variété « de table ».

Vous retrouverez prochainement à la gamme de La Bonne Graine les variétés suivantes :

-Renova : parce qu’on a aimé sa longueur et son goût,

-Cylindra : alliant sucré et plaisir en bouche, c’est une variété qui additionne les avantages,

Formanova : nous pouvons vous la proposer en bio et, bien qu’elle paraisse sèche crue, elle est très bonne cuite.

En conclusion, nous dirons que cette dégustation nous a éclairé sur l’originalité d’une betterave allongée, qui garde sensiblement le même goût que la betterave ronde. L’intérêt réside principalement dans la productivité, vu que la betterave longue est plus grosse que la ronde. De plus, elle est probablement plus facile à éplucher. Enfin, et bien que c’est un critère de moindre importance, elle est originale et il est toujours sympa de ne pas avoir le même produit que le voisin, n’est-ce pas ? 🙂

 

À lire aussi
Ronde ou allongée, quelle betterave préférez-vous ?
La rhubarbe, sucrée d'histoires
Libre comme l’ail…des ours !
L'ail rocambole, l'oignon rocambole et le poireau perpétuel
Cultiver la citronnelle au jardin
Retour

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *