Comparatif 2019 – Les rhubarbes

A l’automne 2017, nous avions mis en place, au Jardin d’Essai, 4 nouvelles variétés qui venaient rejoindre la vieille Victoria déjà présente (on parle bien entendu de la rhubarbe !😁). Si le temps d’implantation peut être de plusieurs années (car il ne faut pas cueillir la première année), nous pouvons d’ores et déjà vous faire un petit retour d’expérience.

La rhubarbe, sans être capricieuse, demande quand même quelques égards avant de s’installer définitivement dans votre jardin. Cette Dame ne se laissera pas tenter si facilement par une poignée de terreau, il faudra bien la choyer, c’est une aristocrate, bien souvent anglaise de surcroît (même si son origine serait quand même chinoise) ! 🙂

Adoptez une rhubarbe : comment l’apprivoiser ?

Pour arriver à casser la glace, nous vous conseillons de lui offrir à boire, beaucoup. Mais attention, les pieds dans l’eau ne lui conviennent pas, veillez à l’installer dans une zone bien draînée, surtout l’hiver où tout excès d’eau la ferait pourrir.
De plus, apportez lui franchise et gourmandise. On s’explique : la rhubarbe aime les terres franches (c’est à dire relativement lourdes, qui restent fraîches) et riches en humus. A la plantation, n’hésitez surtout pas à apporter beaucoup de fumier et de compost afin de lui donner à manger. Un surfaçage annuel ne sera pas de refus, c’est plat et dessert pour Madame !
Donc, on résume : une terre humide et fraiche mais bien drainée, riche en humus et apports organiques. Bref, une bonne terre de jardin !

Les variétés de rhubarbes testées

Victoria

Comme précisé en introduction, nous avions déjà Victoria, bien implantée depuis 3 à 4 ans, et qui donnait des résultats spectaculaire, avec un seul pied :

Variété traditionnelle et sans difficulté, elle produit (beaucoup) de jolies et grosses tiges rouges et vertes à l’extérieur, verte à l’intérieur. Délicieusement acidulée, elle se trouvera à son aise en confiture ou en tarte (à essayer aussi en glace) tant elle est polyvalente. Peu de fil, un grand standard, assurément.
En vente sur le site de La Bonne Graine.

Mira

Au Jardin d’Essai, elle met bien du temps à s’installer et il nous est à ce jour difficile de nous prononcer tant elle semble végéter. Mais nous préférons lui laisser le temps car nous attendons d’elle une variété très dense en feuilles, très productive, avec des feuilles à tiges volumineuses rouges mais à chair verte (idéale à ce qui se dit pour les gâteaux). En attendant, on apprécie le spectacle de ses tiges rouges, et pas juste à la base :

Jeune plant de rhubarbe Mira
Rhubarbe Mira : une bien jolie couleur de tige

Quand elle aura fait ses preuves, nous l’intégrerons à la gamme mais nous avons hâte d’en voir plus !

Mikoot

Variété généreuse, productive et précoce, elle possède de sérieux atouts. Déjà, elle n’est pas très haute (60 cm environ), ce qui lui permet de ne pas envahir un petit jardin. Cela ne l’empêche pas de beaucoup pousser, pouvant donner jusqu’à 5 récoltes quand elle est bien installée même si nous nous sommes limités à deux pour cette 3ème année, faut pas trop taper dans les réserves ! Mais comme la première cueillette peut se faire dès le 15 avril, vous gagnerez au moins une cueillette en comparaison des autres variétés plus tardives.

Rhubarbe Mikoot

Pour ne rien vous cacher, nous sommes pressés de la voir donner sa pleine mesure afin de pouvoir la comparer plus précisément dans un match face à la Victoria !
D’ici là, vous pouvez vous la procurer sur le site de La Bonne Graine.

Goliath

Voilà à quoi nous nous attendions, à savoir une rhubarbe « géante » aux tiges énormes pouvant atteindre 1 kilo chacune :

Rhubarbe Goliath
On doit quand même vous avouer que, chez nous, cela a été un échec monumental, le plant a tout simplement disparu, par deux fois. La proximité d’un abricotier dans son environnement plus ou moins proche en est probablement responsable mais il va nous être difficile d’en vanter les mérites sur ce blog.
Nous lui maintenons toutefois notre confiance en continuant à le proposer à la vente, via le site.

Frambozen Rood

Difficile à prononcer ? Nous sommes d’accord, cette variété ne peut pas cacher son origine néerlandaise, et signifie « rouge framboise ». Et on peut dire qu’elle porte bien son nom !

Rhubarbe Frambozen Rood

Vrai surprise esthétique tant sa couleur est plaisante, elle a aussi le mérite de s’être très vite accoutumée et a ainsi bien produit, rapidement (mais pas avant mi-mai toutefois), des jolies tiges, peut être pas très épaisse, mais d’une magnifique couleur rose sur une bonne partie de la tige et d’une excellente qualité gustative. Plante pas très haute (70 cm environ) mais très fournie, elle trouvera facilement sa place au jardin de Monsieur Toutlemonde.

De plus, il nous a semblé que la couleur des tiges s’était amplifiée entre le début et la fin de saison mais qu’elle est belle ! La chair verte tend vers le rose et serait propice à la confection du vin de rhubarbe, que nous n’avons pas encore testé, faute de recette. Alors, si vous en avez une, inscrivez la en commentaire, on est preneur ! 🙂
Ce coup de coeur est à retrouver sur le site de La Bonne Graine.

À lire aussi
Comparatif 2019 - Les rhubarbes
Des radis tout ronds, tous bons !
Comparatif 2019 - Les fèves
comparatif tomates cerises
Comparatifs Tomates cerises et cocktails : Saison 2
Ronde ou allongée, quelle betterave préférez-vous ?
Retour

2 commentaires Ajoutez le votre

  1. Claude dit :

    Bonjour ,j’ai de la rhubarbe que je déplace de ferme en ferme depuis +20ans et cette année un plan sur 10 a poussé en janvier et m’a donné plusieurs kilos ! Aviez vous déjà remarqué ça ?
    Personnellement j’utilise les feuilles en paillage .

    1. Comment ça ? Que 1 plant sur 10 ai repris ou que le survivant ai produit tant ?
      C’est vrai que la reprise est parfois capricieuse mais, quand une rhubarbe se plait, elle peut produire énormément !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *