Recette naturelle : le purin d’orties

Que vous habitiez en campagne ou non, il est facile de se procurer des orties dès la venue du printemps. Au détour d’une promenade, il n’est pas rare de croiser le long d’un fossé, d’un champ ou d’une route, les longues tiges ornées de feuilles quelque peu urticantes, à qui oserait tout simplement les frôler. Toutefois, une paire de gants suffit à s’en protéger et lorsque l’on sait à quel point, l’ortie est un trésor pour tout jardinier, on apprend vite à faire attention. Un petit conseil, attrapez-les du bas vers le haut, dans le sens du poil pour éviter les démangeaisons. Vous pouvez, tout aussi bien, utilisez une grande cisaille et les couper au pied.

L’ortie, bien que très envahissante, pousse dans des sols frais et riches. Ainsi, cette plante est un véritable fertilisant et engrais naturel. Vous pouvez enfouir quelques feuilles découpées au moment de la plantation des tomates ou réaliser un purin d’orties dont on a le secret 🙂
Nous vous conseillons de le récolter dans un endroit éloigné des pesticides utilisés dans certains champs, afin de concevoir un produit entièrement bio et naturel.
Prévoyez de le confectionner au printemps, car la macération demande un certain temps. Grâce à votre anticipation, vous serez fins prêts lorsque les besoins s’en feront sentir !

Notre recette :

– Cueillez 1 kg d’orties sauvages que vous placerez directement dans un filet à pomme de terre.

  • 2 avantages à les conserver dans un filet :
    1/ vous pouvez les mettre directement dedans pour les transporter et les peser sans avoir à y retoucher [vous vous éviterez les grattouilles intempestives !]
    2/ une fois le purin macéré assez longtemps, vous n’aurez plus qu’à retirer le sac du liquide et le laisser s’égoutter gentiment.

– Immergez le sac dans un seau ou tout contenant comprenant 10 litres d’eau.

– Laissez macérer les feuilles entre 15 et 20 jours tout en remuant le sac de temps en temps. Afin d’éviter le pourrissement et les très fortes odeurs, nous vous conseillons d’entreposer le mélange à l’air libre, sans recouvrir et le placer dans un endroit ombragé plutôt qu’en plein soleil.

– Enfin une vingtaine de jours plus tard, sortez le sac d’orties que vous pourrez vider dans votre compost. [Conseil de pro : bouchez-vous le nez !].
– Versez le liquide dans un bidon, une grande bouteille ou tout autre contenant qui se referme.

Passons à l’utilisation

N’utilisez pas cette décoction sans la diluer. Le purin d’orties contient un concentré d’azote et de potassium qui pourrait nuire à vos cultures s’il est utilisé pur.
Plusieurs utilisations sont possibles :

En arrosage : engrais naturel

 – Diluez 1 litre de purin dans 10 litres d’eau et arrosez, par exemple, vos pieds de tomates pour les stimuler et les renforcer. Cela fonctionne sur de nombreux légumes exceptés les légumineuses qui captent déjà l’azote. Inutile donc de leur en rajouter ! Cela produirait l’effet inverse.

En pulvérisation : anti-pucerons naturel

– Cette fois-ci, vous diluerez 50 cl de purin pour 10 litres d’eau. Remplissez votre pulvérisateur et passez sur le feuillage de vos plantes en répulsif contre les pucerons.
Cette solution est deux fois plus diluée pour éviter de brûler le feuillage.

Lancez-vous, car cela n’est pas bien difficile et tellement plus sain et naturel que d’utiliser des produits du commerce qui coûtent cher et qui pour certains ne sont pas respectueux de l’environnement. Vos cultures vous remercieront avec des beaux légumes en bonne santé !

À lire aussi
La fraise…en trois questions (pièges)
Du fenouil au potager, comment faire ?
Recette naturelle : le purin d'orties
Le céleri-rave, plaisir d’amour
L’oignon, souffre-pleureur
Retour

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *