Courrier de l’Ouest, le 17/08/2021

Article du  Courrier de l’Ouest
Julien COUTENCEAU
Publié le 

 

Près de Saumur. Un jardin d’essai pour faire pousser la bonne graine.

Grainetier de profession, Stéphane Di Palma sème chaque année de nouvelles variétés pour en connaître les spécificités dans un jardin d’essai. C’est là où vient s’approvisionner le chef saumurois Anthony Vaillant du restaurant L’Essentiel.

C’est un jardin aux mille couleurs et à la centaine de variétés non traitées. Dans son jardin d’essai à Tigné, Stéphane Di Palma, le dirigeant de La Bonne Graine teste en condition réelle toutes les nouvelles variétés de graines qu’il compte mettre à sa gamme. Passionné de nature, l’Angevin se revendique comme un jardinier authentique à la tête d’une graineterie à l’ancienne remis au goût du jour avec l’outil Internet. Pour lui, il est simplement impossible de mettre en vente des produits qu’il n’a pas vus pousser, s’adapter à la terre et goûter à l’aveugle avec sa dizaine de salariés.

« Choisir, connaître et comparer »

De nombreuses variétés de tomates sont testées avant d’être commercialisées sous forme de graines.

Variétés anciennes, hybrides, modernes, biologiques, traditionnelles, toutes se côtoient sur les 2 000 m² de terrain dont il dispose depuis 2017, à quelques pas d’un tunnel couvert de 200 m² et d’une serre où il fait pousser ses plants. Je veux tout essayer pour me donner la possibilité de choisir, connaître et comparer les différentes variétés. Je refuse d’être mis dans une case, de me limiter aux variétés anciennes, modernes ou hybrides. Un tiers de la gamme est en bio mais ce n’est pas une finalité. On veut proposer des produits adaptés à nos latitudes et aux différents types de terres. L’intérêt de ce jardin d’essai est double : on teste la germination des plantes et ses qualités gustatives.

Une multitude de variétés en rangs soignés

Son petit verger du départ s’est mué en jardin expérimental. Une multitude de courges, melons, carottes, céleri-rave, tomates, oignons, choux traditionnels ou de Bruxelles, rhubarbes, fraisiers, groseilles ou cassis se mélangent en rangs soignés où chaque variété est répertoriée. Au milieu, des parterres de fleurs sauvages favorisent la biodiversité.

Des oignons aux choux en passant par la ficoïde glaciale, le propriétaire de La Bonne Graine aime découvrir de nouvelles variétés.

On va installer des fleurs mellifères pour attirer des insectes utiles au potager. Ici, la terre est assez bonne avec une assez bonne réserve en eau grâce à l’argile mais il faut savoir la travailler au bon moment. On apporte aussi beaucoup de matières organiques, glisse le propriétaire qui a embauché un jardinier à plein temps pour ce jardin d’essai.

Son seul et unique client

Ce jardin aux mille couleurs laisse aussi la part belle aux fleurs.

Stéphane Di Palma ne fait pas de ce jardin une affaire financièreOn veut simplement être sûr des graines qu’on vend. Pour les légumes, Anthony Vaillant est notre seul client ! On s’entend bien et c’est quelqu’un qui connaît bien le monde du jardin, on sait de quoi on parle lorsqu’on discute ensemble​, assure le patron de La Bonne Graine, heureux de faire découvrir des variétés méconnues comme la ficoïde glaciale. Au cuisinier du restaurant saumurois L’Essentiel d’en ressortir toutes les saveurs !


 

 

Un double article qui fait découvrir également le Restaurant l’Essentiel à Saumur, où Anthony Vaillant, chef du restaurant a concocté cette saison, une assiette « Potager », avec les produits parvenant directement du Jardin d’Essai. Soyez certains que les légumes sont frais et de saison !
Rendez-vous sur le site et réservez votre table directement en ligne.

 

À lire aussi
Courrier de l'Ouest, le 17/08/2021
Rustica n°2671 du 5 mars 2021
detente et jardin
Détente Jardin N°148 mars/avril 2021
RUSTICA
Rustica n° 2657 - du 27 novembre au 3 décembre 2020
Blog Grelinette et Cassolettes - La box en test le 19 octobre 2019
Retour

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *